Sondages élections européennes 2019 : Tous bidons ?

En un clic:

① On ne sait pas quelle formation est en tête
② La stratégie des petits partis politiques brouillée
③ Un intervalle de confiance très large
④ Il faut douter des sondages sur l’Européenne

Mots clés:

Elec­tions européennes 2019, Sondages, Par­tis poli­tiques, La République en Marche, Rassem­ble­ment nation­al, Front nation­al, Les Répub­li­cains, France insoumise, Par­ti social­iste, Debout la France, Europe Ecolo­gie, Les Verts, Par­ti com­mu­niste, Europe

En bref:

Une dizaine de sondages ont été réal­isés sur les élec­tions européennes de mai 2019. Tous présen­tent un défaut méthodologique majeur, et les résul­tats présen­tés ne sont pas sérieux. Ils induisent pour­tant en erreur les citoyens, les médias et les direc­tions des par­tis poli­tiques.

Sondages élections européennes 2019

Des doutes pèsent sur la fia­bil­ité des sondages réal­isés sur l’élec­tion européenne de 2019.

Les médias et les dirigeants poli­tiques com­mentent régulière­ment la chute aux enfers d’un par­ti ou la remon­ta­da de tel autre. Pour cela, ils s’appuient sur les sondages des européennes : chiffrés, math­é­ma­tiques, et donc fiables. N’est-ce pas ? En y regar­dant de plus près, leur niveau de crédi­bil­ité est pour­tant proche de zéro. Com­prenons ensem­ble pourquoi.

Prenons exem­ple sur la dernière enquête Odoxa du 13 sep­tem­bre 2018. Celle-ci a été large­ment relayée avec des for­mules telles que « RN et La REM au coude à coude » ou « record absolu de gadin pour le PS ». Minute papil­lon ! The Euro­pean Machin­ist a cal­culé les marges d’erreur de ce sondage, dont les réac­tions ont pour le moins été fixées un peu trop rapi­de­ment.  Notons par ailleurs que tous les insti­tuts sont con­cernés par les failles que nous pointons (Viavoice, Har­ris Inter­ac­tive, Elabe, Ipsos et Ifop)  1Retrou­vez les liens de tous ces sondages en bas de page.

Des conclusions sans réel fondement

La République en Marche en difficulté… ou largement vainqueur

Le sondage d’Odoxa se fonde sur un échan­til­lon de 535 per­son­nes qui ont déclaré être cer­taines d’aller vot­er. Cela représente un niveau de fia­bil­ité extrême­ment faible. Pour s’en assur­er, il suf­fit d’observer sur une échelle les points hauts et bas dans l’intervalle de con­fi­ance des pour­cent­ages obtenus par le sondage.Intervalle de confiance de LREM, RN, LR, LFI pour le sondage sur les élections européennes - Odoxa Septembre 2018Les résul­tats rap­portés sur cette échelle sont rich­es en enseigne­ments. Ils pour­raient don­ner des con­clu­sions très dif­férentes de celles rap­portées par les médias, comme :

  • La République en Marche (18%) est dans un mou­choir de poche avec le Rassem­ble­ment nation­al (17,5%) et Les Répub­li­cains (17%);
  • La France insoumise (15%) est la troisième for­ma­tion, large­ment devant Les Répub­li­cains (11%);
  • La République en Marche (25%) dépasse de très loin ses trois con­cur­rents (17,5, 17 et 15%).

 En défini­tive, on ne con­naît absol­u­ment pas le rap­port de force des prochaines élec­tions européennes. Les jeux sont en effet large­ment ouverts pour les qua­tre mou­ve­ments poli­tiques majeurs.

Un sondage sournois pour les petits partis politiques

Mais le rac­cour­ci ne s’arrête pas là, puisque le sondage ne per­met même pas de dis­tinguer quelles for­ma­tions sont en capac­ité de se main­tenir au Par­lement européen en 2019. A droite, de bons scores dans les sondages ont cer­taine­ment con­forté Nico­las Dupont-Aig­nan dans son choix de faire liste unique. Il en est peut-être de même pour Europe Ecolo­gie les Verts. L’en­jeu est d’au­tant plus impor­tant pour les eurodéputés sor­tants que les Français se regroupent désor­mais dans dix-sept par­tis dif­férents — un record.

Avec la cir­con­scrip­tion nationale, chaque liste devra en effet obtenir au min­i­mum 5% des voix exprimées pour faire élire des eurodéputés. Un par­ti qui ne béné­ficierait que de 4,9% des voix n’obtiendrait ain­si aucun siège. L’enjeu est de taille, puisque par­mi les qua­tre forces don­nées proches du seuil fatidique, les marges d’erreurs des sondages sont élevées et s’étalent du sim­ple au dou­ble !

Cette ten­dance est ren­for­cée par un effet de vase com­mu­ni­quant entre les trois forces de gauche qui se parta­gent 15% des inten­tions de vote : Europe Ecolo­gie Les Verts, le Par­ti social­iste et Génération.s.

Pour être clair, si cha­cun de ces trois mou­ve­ments réalise 4.9% des voix, ils n’auront aucun député. En revanche, s’ils béné­fi­cient de plus de 5% des suf­frages, ils pour­raient rem­porter avec suc­cès de 13 à 18 sièges ! Ils feraient alors jeu égal avec la France insoumise ou les Répub­li­cains. Ce type de sondage est ten­dan­cieux, puisque cela pour­rait ori­en­ter de manière erronée le votes des électeurs et le choix des organ­i­sa­tions sur le véri­ta­ble état de l’opinion.  Chaque mou­ve­ment, gal­vanisé par un bon sondage, est en capac­ité d’espérer dépass­er large­ment le seuil de 5% et ain­si ten­té de par­tir en cav­a­lier seul.  2EELV a d’ailleurs com­mandé le seul sondage le don­nant à 9% des inten­tions de vote, un bon score : https://eelv.fr/wp-content/uploads/2018/05/Elections-europe%CC%81ennes-Mai-2018.pdf 

Pourquoi les sondages sur les européennes sont-ils si peu fiables ?

Les intervalles de confiance

 Pour déchiffr­er le prob­lème, il faut s’intéresser à la notion sta­tis­tique des inter­valles de con­fi­ance  3Plus de détails sur des sites d’in­for­ma­tion sur les cal­culs sta­tis­tiques comme : http://villemin.gerard.free.fr/aMaths/Statisti/IntConf.htm. Nous avons choisi l’intervalle de con­fi­ance de 95%, c’est-à-dire avec une prob­a­bil­ité d’erreur estimée à 5%. Nous l’appliquons ensuite aux chiffres four­nis par Odoxa. Plus l’échantillon de répon­dants est réduit, plus la marge d’erreur est élevée. Or, à neuf mois de la prochaine élec­tion européenne, réal­isons un bref cal­cul du dilemme auquel se con­fron­tent les son­deurs :
  • Le pan­el type est de 1000 per­son­nes inter­rogées, mais env­i­ron 12% des rési­dents en France ne sont pas inscrits sur les listes élec­torales;
  • L’élection européenne bat les records d’abstention, et les répon­dants qui se dis­ent « cer­tains d’aller vot­er» ne représen­tent que 500 per­son­nes ;
  • Un quart des per­son­nes choisir­ait de vot­er blanc ou nul, ou s’abstiendrait compte tenu des choix pro­posé (Chiffre Viavoice). Pour 1000 sondés au départ, le nom­bre de répon­dants n’est alors plus que de 375 per­son­nes.

 

Douter de chaque sondage présentant une méthodologie faible

Pub­li­er des résul­tats au demi-point près con­fie une pré­ten­due pré­ci­sion sci­en­tifique aux résul­tats. Or, un échan­til­lon aus­si faible que celui pro­posé par le son­deur, près de 500 per­son­nes, ne devrait pas être pub­lié en tant que tel sans men­tion­ner les résul­tats dans l’intervalle de con­fi­ance. On peut égale­ment ren­forcer le doute sur la per­ti­nence d’une telle enquête d’opinion par l’absence de don­nées sérieuses sur le nom­bre de suf­frages exprimés. A cela s’ajoute la moin­dre fia­bil­ité des sondages réal­isés sur inter­net, ce qui est aus­si le cas de tous les sondages sur l’élection européenne.

Le fait que le média pub­lic fran­ce­in­fo: finance et dif­fuse ce sondage sans pré­cau­tion est une erreur d’appréciation. Il n’apporte par ailleurs pas d’information au citoyen. Le RN et La REM ne sont pas véri­ta­ble­ment à 0,5% l’un de l’autre comme l’indique le média. En revanche, la gauche social-démoc­rate française joue sa survie au sein de Par­lement européen, ce qu’aucun média ou com­men­ta­teur ne le relève.

Ne négliger aucune formation pour le prochain mandat

Les prochaines élec­tions européennes devraient ain­si faire accéder de 4 à 8 par­tis au sein du Par­lement européen. Dans le jeu con­sen­suel de la fab­rique de la loi européenne, la dis­pari­tion de la social-démoc­ra­tie française ne serait pas anodine pour les intérêts du pays, à moins que la dynamique ne soit la même dans les autres pays européens. Pour­tant, les dix-sept for­ma­tions français­es au Par­lement européen restent en jeu, d’autant plus que les alliances n’ont pas encore été ficelées. Aucun sondage ne pour­ra être fiable tant que les listes défini­tives ne seront pas con­nues, et que le nom­bre de répon­dants dans les enquêtes ne se lim­it­era qu’à 400 ou 500 per­son­nes.

Arti­cle rédigé le 28 sep­tem­bre 2018, les pro­pos n’engagent que The Euro­pean Machin­ist

Chiffres arrondis au demi-point

Les failles d’O­doxa sont les mêmes pour tous les insti­tuts de sondages, y com­pris :

Ifop : https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2018/09/115781-Rapport-PM.pdf
Ipsos : https://www.ipsos.com/sites/default/files/ct/publication/documents/2018–07/fractures_francaises_2018.pdf
Elabe : https://elabe.fr/wp-content/uploads/2018/05/30052018_bfmtv_les-francais-et-lunion-europeenne‑1.pdf
Har­ris Inter­ac­tive : http://harris-interactive.fr/wp-content/uploads/sites/6/2018/05/Rapport_Harris-Les_Francais_un_an_avant_les_elections_europrennes_de_2019-LCP.pdf 
Viavoice pour Europe Ecolo­gie Les Verts : https://eelv.fr/wp-content/uploads/2018/05/Elections-europe%CC%81ennes-Mai-2018.pdf 

1 Commentaire to “ Sondages élections européennes 2019 : Tous bidons ?”

  1. Pantalacci a écrit :Répondre

    L’en­trée en cam­pagne, deux semaines avant le scrutin, sup­primera, si le CSA fait son tra­vail ‚la pro­pa­gande out­ran­cière, au béné­fice de la REM, dis­pen­sée par les pré­ten­dus jour­nal­istes sur les chaînes de la télé et le bash­ing sans pos­si­bil­ité de réponse infligée, par exem­ple, à la France insoumise. Des heures de Macron sur toutes les chaînes pen­dant des jours, sans honte et en bras de chemise, et à peine 20 °/° ? Vous don­nez la même pos­si­bil­ité à n’im­porte qui et il crève les 50 °/°
    Les gens sont ver­sa­tiles. Tel qui rit vendredi,dimanche pleur­era. Les sondages ? De vent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *